Mode d'emploi du gestionnaire de mémoire SYSALLOC

Module SYSALLOC de la bibliothèque CLIB

Le module SYSALLOC de la bibliothèque CLIB est un module de gestion de mémoire.

Article lu   fois.

L'auteur

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Construction du gestionnaire de mémoire SYSALLOC

I-A. Construire un environnement de développement pour la bibliothèque CLIB

 
Sélectionnez
.../clib/ed/inc
.../clib/ed/src
.../clib/ed/lib

I-B. Récupérer les fichiers

Dans .../inc :

 
Sélectionnez
- bits.h
- cnt.h
- cnt_err.itm
- mem.h
- pc_dbg.h
- sys.h
- sysalloc.h
- types.h

Dans .../src :

 
Sélectionnez
- assert.c
- cnt.c
- sys.c
- sysalloc.c

Les quatre fichiers sources servent éventuellement à générer la bibliothèque.

Bien sûr, on est pas obligé de générer la bibliothèque, on peut aussi ajouter ces fichiers au projet.

I-C. Créer la bibliothèque

Le chemin des fichiers inclus est :

 
Sélectionnez
.../clib

Le chemin des fichiers sources (.c) est :

 
Sélectionnez
.../clib/ed/src

Le chemin de la sortie est :

 
Sélectionnez
.../clib/ed/lib

La macro DBG_SYSALLOC doit être définie globalement. Typiquement (Borland C, gcc) :

 
Sélectionnez
... -DDBG_SYSALLOC

Générer la bibliothèque (les détails dépendent de l'implémentation).

I-D. Créer une application de test

 
Sélectionnez
#include "ed/inc/sysalloc.h"

int main_ (void)
{
   char * p = malloc (sizeof *p);

   return 0;
}

int main (void)
{
   int ret;
   static char Trace[1 << 8];

   SYS_INIT (Trace, OFF);

   ret = main_ ();

   sys_mem_trace ();

   return ret;
}

La macro DBG_SYSALLOC doit être définie globalement.

Une fois liée avec la bibliothèque, ce code produit (Borland C 3.1)

 
Sélectionnez
SYSALLOC BC++ Ver 4.10 SMALL 60176 MS-DOS
SYSALLOC Overload (21 rec)
SYSALLOC Successful initialization: 21 records available
SYSALLOC min=60128 max=60176 delta=48
SYSALLOC Err: Not-matched list:
SYSALLOC Bloc 12AC (1 byte) malloc'ed at line 5 of 'main.c' not freed
SYSALLOC Released Memory

La fuite mémoire a bien été détectée et identifiée.

II. Utilisation du gestionnaire de mémoire SYSALLOC

II-A. Fonctionnement

SYSALLOC est un traceur de mouvements. Il repose sur un principe simple qui consiste à détourner les fonctions standard malloc(), calloc(), realloc() et free() au profit de fonctions 'maisons' qui enregistrent les appels et les paramètres avant d'appeler la fonction réelle de la bibliothèque standard. Lors d'une libération, l'enregistrement correspondant est effacé (si possible). Lorsqu'on demande la 'trace', un bilan des opérations est fourni.

II-B. Restrictions

SYSALLOC ne remplace pas les fonctions de la bibliothèque standard. Si celles-ci sont appelées directement sans que "ed/inc/sysalloc.h" soit en vu (autres bibliothèques, par exemple), ces appels n'entreront pas dans le bilan et le résultat sera évidement faussé.

II-C. Programme principal

On peut s'inspirer du programme de test.

II-C-1. Initialisation, résultats

La bibliothèque SYSALLOC ne gère qu'un pointeur statique interne. La mémoire utilisée pour son fonctionnement (journalisation des événement d'allocation) n'est pas définie par défaut. L'utilisateur doit définir un tableau statique d'une taille 'raisonnable et suffisante'.

 
Sélectionnez
static char Trace[1 << 8];

(ici un tableau de 2^8 char, soit 256 bytes). SYS_INIT() 'formatte' la mémoire reçue et affiche le nombre d'enregistrements possible :

 
Sélectionnez
<...>
SYSALLOC Successful initialization: 10 records available
<...>

Il n'y a pas de grands calculs à faire. Si la taille est insuffisante un message d'alerte (surcharge) apparaîtra à l'exécution (stdout), invitant l'utilisateur à agrandir la taille du bloc mémoire (2^9, 2^10 etc.). Il suffit ensuite de recompiler et de relancer.

 
Sélectionnez
SYSALLOC Overload (4 rec)

SYS_INIT() se charge d'initialiser correctement SYSALLOC à partir de la mémoire de trace définie par l'utilisateur.

 
Sélectionnez
SYS_INIT (Trace, OFF);

Le premier paramètre est le nom du tableau (ne fonctionne pas avec un pointeur, évidemment).

Le deuxième paramètre peut être défini à OFF ou à ON. Par défaut, il est sur OFF. On peut cependant le modifier à ON, recompiler et relancer. Dans ce cas, une trace en temps réel est émise vers stdout à chaque appel de malloc()…free().

II-C-2. Fichier d'entête

Il suffit d'inclure :

 
Sélectionnez
#include "ed/inc/sysalloc.h"

II-C-3. Diagnostic

Pour connaître l'état du gestionnaire de mémoire, il suffit d'appeler la fonction :

 
Sélectionnez
sys_mem_trace ();

En principe, on appelle cette fonction une fois en fin d'exécution.

Si il devait y avoir des sorties directes par exit(), il est plus sûr de modifier le programme principal ainsi :

 
Sélectionnez
#include "ed/inc/sysalloc.h"

static void on_exit(void)
{
   sys_mem_trace ();
}

int main (void)
{
   int ret;
   static char Trace[1 << 8];

   atexit(on_exit);

   SYS_INIT (Trace, OFF);

   /* application */
   ret = ...

   return ret;
}

Si il y a des anomalies, des informations apparaissent sur stdout. (adresse, taille, emplacement, message d'erreur…).

Bloc non libéré

 
Sélectionnez
<...>
SYSALLOC Err: Not-matched list:
SYSALLOC Bloc 12AC (1 byte) malloc'ed at line 5 of 'main.c' not freed

Bloc déjà libéré

 
Sélectionnez
<...>
SYSALLOC Err: Not-matched list:
SYSALLOC Bloc 003D2460 freed at line 7 of 'main.c' not allocated
<...>

Si tout se passe bien, un message de 'bonne conduite' apparaît.

 
Sélectionnez
<...>
SYSALLOC All-matched
<...>

II-D. Autres programmes

Afin de bénéficier des effets de surveillance de SYSALLOC, il faut ajouter :

 
Sélectionnez
#include "ed/inc/sysalloc.h"

dans tous les fichiers C du projet utilisant malloc(), calloc(), realloc(), free().

  

Copyright © 2008 Emmanuel Delahaye. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.